Serez-vous le manager de l'année 2015 ?

Alors que je m'apprête à plier bagages avant Noël, toute émoustillée à l'idée de vacances bien méritées, un journaliste d'une revue spécialisée en management m'appelle. Il souhaite connaitre mon avis sur la compétence managériale qui sera la plus cruciale en 2015, en vue de "profiler" le futur manager de l'année.
Le journaliste me soumet un inventaire à la Prévert, autour de critères tels que "le courage", "la vision", "le sens de l'équipe", "l'innovation", "le leadership", etc.
Je suis partagée entre l'idée de lui cocher une case à-la-va-vite pour rejoindre mes valises, ou le titiller avec une suggestion qui n'est pas dans sa liste (déformation professionnelle de coach!).

La compétence la plus cruciale en cette rentrée 2015 est celle qui, à mon sens, induit toutes les autres : notre faculté à rester relié en toutes circonstances au moment présent.
Le manager qui a la capacité de se connecter, en toutes occasions, à lui-même, à ses collaborateurs, à la situation, se dote d'un atout fondamental pour affronter les vicissitudes et les imprévus de son quotidien. Le manager a tôt fait d'être englouti dans son agenda qui déborde de tâches et de réunions dès les premiers jours de l'année.  Imaginez qu'il installe autour de lui une sorte de champs électromagnétique virtuel, pour repérer tout ce qui se passe en temps réel (à tous les niveaux, opérationnel, émotionnel, sur son business, ailleurs,...) et qu'il soit ainsi capable d'ajuster en permanence son action managériale. Voilà donc notre super manager de 2015 : un manager en conscience, qui agit à tout moment au plus juste.



Cette compétence de l'instant présent est la plus difficile à acquérir et surtout, à préserver. C'est une discipline  de tous les instants, quasi contre-nature lorsque notre to-do-list, nos objectifs et nos projets nous aspirent implacablement vers l'après. Cela suppose d'être, au moment où l'on fait. Cela exige de s'émanciper du système (qui nous incite à ne jamais nous arrêter), pour mieux y revenir, alertes et clairvoyants.

Cette semaine, j'ai touché du doigt cette difficulté lors de mes premières séances de coaching de l'année. J'ai retrouvé mes clients, reposés, plus sereins, plus joyeux que lorsqu'ils m'avaient souhaité de bonnes fêtes fin 2014. Ils ont coupé, ils ont profité de leur break, ils ont vécu l'instant. (Il leur aura fallu une rupture de plusieurs jours pour être capable de profiter de l'instant!). Mais, au fur et à mesure qu'ils s'expriment, je les vois, devant mes yeux, sortir de l'instant présent, happé par les tâches multiples à venir. Si je ne les rappelle pas à moi, ici et maintenant, ils sont déjà partis dans l'après, ils planifient, ils projettent, ils n'écoutent plus, ils se déconnectent.

Que vous soyez ou non le manager de l'année 2015, peu importe.
Le journaliste n'aura probablement pas retenu mes propos.
N'oubliez pas d'être, là, maintenant, tout simplement. C'est beaucoup!

5 commentaires:

  1. Cet article me parle bien même si je ne suis pas manager (ou peut-être manager de la vie familiale) !

    Je vais noter la dernière phrase qui me plaît beaucoup :

    "N'oubliez pas d'être, là maintenant, tout simplement. C'est beaucoup ! "

    Bonne journée !

    Stéphanie

    RépondreSupprimer
  2. La pleine conscience au travail ! Est ce que John Kabat Zyn aurait un alter ego dans l'entreprise ? J'ai essayé mais c'est difficile. Peut on trouver de l'aide quelque part ? En tous cas merci pour cet article, je me suis bien identifié à votre client, déjà et trop tôt dans l'instant d'après.

    RépondreSupprimer
  3. Cet article est très pertinent, merci ! Il répond aux questions que je me pose et sa lecture me donne une bouffée de sérénité. Je l'ai imprimé pour l'avoir sous les yeux, sur mon bureau, et demeurer dans la conscience du présent.
    Philippe

    RépondreSupprimer
  4. Les événements récents, qui ont secoué le monde, ont au moins eu cette vertu de nous replacer tous dans l'ici et maintenant. Merci de nous avoir rappelé cette nécessité de ne pas se déconnecter du temps présent.

    RépondreSupprimer
  5. Quelle belle idée de se connecter à l'instant présent ! Je suis dirigeant d'une filiale d'un grand groupe. En me centrant sur l'ici et maintenant je retrouve de la sérénité... mais je me trouve du coup que je suis déconnecté de mon futur et de ma nécessité à anticiper.
    La solution est-elle de faire des allers et retours ?

    RépondreSupprimer