Ce qu'un CV ne vous dira jamais

Lorsque vous procédez à des recrutements ou à des entretiens d'évaluation, raisonnez-vous en termes de Compétences ou d'Aptitudes ?

A l'heure d'un monde qui va très vite, souvent plus vite que nos capacités d'adaptation, il me semblerait bon de privilégier davantage les aptitudes que les compétences. En effet, notre environnement incertain et chaotique exige désormais de nouvelles aptitudes bien plus que de nouvelles compétences. 

De quoi parle-t-on ?

La compétence est le savoir expérimental acquis par une personne pour réaliser une action, un savoir-faire. Par exemple, sa capacité à déléguer, à s'organiser, à résoudre des problèmes, à communiquer, à s'occuper d'un client, à négocier, à établir des objectifs, etc. 

L'aptitude est le savoir-être dont est dotée la personne pour affronter une situation.  Par exemple, son sens de l'écoute, sa souplesse, son ouverture, sa disponibilité, son appétit pour la nouveauté, sa capacité à distinguer l'urgent de l'important, à sortir des sentiers battus, à véhiculer de l'enthousiasme et de l'énergie à ses équipes, etc.

La difficulté provient que bon nombre de ces aptitudes ne s'apprennent pas, elles sont plutôt à développer via un cheminement personnel qui n'est pas tracé et qui peut questionner ce que nous sommes au plus profond de nous-mêmes.

Les aptitudes ne se détectent pas non plus sur un CV.  Puisque la formation  et l'expérience ne sont plus forcément la panacée, pourquoi s'obstine t-on pourtant à recruter des clones triés sur la base de cet instrument ? Enfin, les grilles d'entretien d'évaluation sont elles-aussi très limitantes et ne permettent souvent pas d'observer le collaborateur aux bons endroits, entre les lignes.

Les entreprises qui n'interrogeront pas la différence entre ces deux notions clés que sont la compétence (toujours importante) et l'aptitude (devenue vitale), risquent d'être à la traîne.

Illustration : Gabs

1 commentaire:

  1. Très judicieusement observé ! En tant que chasseur de têtes, je confirme que les entreprises de plus en plus pressées recherchent des compétences éprouvées et se méfient dès qu'on leur présente un candidat en mettant surtout en avant ses aptitudes comportementales. Pis, si on leur parle d'un candidat "à potentiel", elle entendent trop souvent "pas mûr pour le poste". Principe de précaution sans doute.

    RépondreSupprimer